jeudi 8 mai 2014

Les petits carnets


1. Dans les petits carnets: Le personnage à la recherche d'épaisseur (épaisseur vantée par les autochtones, qui n'ont pas eu à la conquérir). Il n'a pas été amputé: une partie de lui-même n'est parfois simplement pas visible.
Par transparence, à gauche, c'est une copie d'un Francis Bacon qu'essaie de rester visible.


2.  Plus qu'un auteur, le personnage cherche une histoire. Mais le même sort le poursuit partout: on éteint quand il arrive, on part, on abandonne, on met un cadenas et on ferme, ou pire: on se remémore ces instants qu'il vient juste de manquer.

 3.  Vertical Thinking: On abandonne le personnage à notre tour pour rendre hommage à William Kentridge, à ses machines à dessin (contemporain) et ses théâtres mécaniques et sensibles. Kentridge est un moteur à idées, un déclencheur d'enthousiasmes variés. J'ai posté pas mal de choses de lui dans mon blog Troesmas.


4.  Dans les petits carnets, Francis Bacon côtoie la "femme âgée" de Memling, qui semble d'ailleurs plus vieille encore, aigrie et myope. J'ai beau lui dire qu'elle garde pour moi toute sa mystérieuse beauté (un tantinet pieuse), elle est plus mélancolique que jamais. Un touriste américain passe cinq ou six secondes à la mitrailler avec un téléphone qui sait imiter le son des vieux appareils photographiques. Il ne s'était même pas encore arrêté qu'il tirait déjà. — Tu vois? me dit-elle. Oui, je comprends notre situation.
Les petits carnets: un joli trou où cacher sa tête. De petits cahiers de rien: à peine une autre manière d'être paresseux.

/// 1. En los cuadernitos: aquel personaje busca algo de espesor (espesor celebrado por los autóctonos, que no tuvieron que conquistarlo). No lo han amputado: a veces simplemente una parte suya no se vé. 
2.  Más que un autor, el personaje busca una historia. Pero la misma suerte lo persigue donde vaya: cuando llega apagan la luz, se van, abandonan, ponen un candado y cierran, o peor: rememoran esos instantes que acaba de perderse.
3.  Vertical Thinking: nosotros también abandonamos al personaje en cuestión para dedicarle un homenaje a William Kentridge, a sus máquinas de dibujo (contemporáneo) y a sus teatros mecánicos y sensibles. Kentridge es un motor de ideas, un disparador de entusiasmos varios. En mi blog Troesmas he colgado varias cosas suyas. 
4.  En los cuadernitos, Francis Bacon se codea con la "mujer madura" de Memling, que parece todavía más vieja, amargada y miope. Aunque le digo que conserva toda su misteriosa belleza (un tantito piadosa), ella está cada día más melancólica. Un turista norteamericano pasa cinco o seis segundos ametrallándola con un teléfono que sabe imitar el ruido de las viejas cámaras fotográficas. Todavía no se había detenido frente a ella que ya estaba disparando. — ¿Ves? me dice ella. Si, comprendo nuestra situación.
Los cuadernitos: un lindo agujero donde esconder la cabeza. Cuadernitos de nada: apenas otra manera de ser vago.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire