jeudi 18 octobre 2012

Une république dans une main

República en una mano, crayon, encre de chine et collage sur une carte de Rouen. 2009-2012.

Je quitte mon atelier de la gare du Nord pour le dix-huitième arrondissement de Paris. Quand on quitte son pays, c'est définitif: on doit reconstruire quelque chose de ressemblant, mais dans un espace réduit et facile à porter. Il se rappelle à nous quotidiennement de toutes sortes de manières, parfois ce sont des apparitions plus ou moins inquiétantes, un peu comme celle de la "dame dans le radiateur" de David Lynch. (Je ne voit pas le rapport entre la Gare du Nord et l'Argentine, d'ailleurs).
.
.;
..

4 commentaires:

  1. je pense vous dessinez très très bien. Whatever little I understand of what you say is intriguing and makes me wonder about your experiences as an immigrant.

    RépondreSupprimer
  2. It is a bit like that, yes: how to move, how to travel each time carrying a tiny part of your country with you.

    RépondreSupprimer