samedi 13 octobre 2012

Le football en Valadonie


« On les voyait s’asseoir au bout du terrain et s’émerveiller de la débâcle de leur propre équipe ; ils ne suivaient guère le résultat en réalité, mais le jeu, ils s’émerveillaient du fait que leur équipe existe, que leur république vive, enfin. Ils n’auraient raté ça pour rien au monde, et s’auto-excluaient de l’équipe pour redevenir de simples spectateurs, pour assister à un rêve qui n’allait pas durer. Mais n’étaient-ils pas eux-mêmes responsables de la fugacité de ce rêve ? »
Gaston Vallini


Textes et images dans la revue Tango, vol. 4, 2012
.......................................................................................


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire