mercredi 16 mai 2012

Notes sur la Valadonie

.
Pour un exercice moderne et révolutionnaire
 
« L’effort physique doit échapper à la normalisation politique et hygiénique de la société (capitaliste), qui l’a transformé au fil des siècles en une pratique militaire.
Si, à l’origine, l’effort physique était un besoin élémentaire de l’homme, qui devait s’adapter à son milieu, […] l’effort physique moderne et révolutionnaire ne doit rien être de plus qu’une déconnaissance de l’environnement immédiat de l’homme d’aujourd’hui, de ce qui est fabriqué par l’homme, des règles imposées par la société des hommes modernes. Oublier notre culture : déconnaître un escalier. Désapprendre une chaise. S’asseoir, sans savoir comment. S’asseoir, en redécouvrant à chaque fois ce geste : ce n’est pas un sport, mais un exercice physique, un jeu, et un apprentissage philosophique. Une chaise : j’ignore tout de cet objet. Je ne respecte aucune règle préétablie, je traite l’objet chaise comme un complément de mon corps, qui n’a besoin que d’efforts et de connaissance. (Voir photographie)
[…] Soyons originaux à l’égard de notre corps et de notre monde environnant, déconnaissons tout de chaque marche, de chaque rue […]. Un bon révolutionnaire l’est jusque dans sa manière de prendre son bain ou de marcher dans la rue : nous n’avons que faire d’espaces dédiés à l’exercice, de routines, nous avons besoin de voir dans toute situation la possibilité d’un effort inattendu. »

Nilo Keratza, Pour un exercice moderne et révolutionnaire, Imprimerie Nationale de Valadonie, 1926.
-----------------------------------------------------------------------------------
D'autres Notes sur la Valadonie dans 
le dernier numéro de la revue Tango.

...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire