lundi 14 juillet 2008

Criminologie


Dialogue en miroir, du projet Harry & the helpless children. Eau-forte sur zinc, 2ème état, 21 x 31cm, 2009.


Le policier qui soutira des aveux à Harry F. Powers soulignait, à la presse, surtout le caractère "insensible du tueur". Il n’exprimait, selon lui, non seulement pas de remords, mais pire: pas d'émotion non plus, aucune émotion humaine. Ce n'était qu'un "animal sauvage", et ses victimes, rien d'autre que "des proies", pour lui. Le policier, et la presse d'ailleurs, étaient convaincus qu'il était le coupable de ces crimes.
Un avocat de Chicago, et certains spécialistes en criminologie qui purent examiner Powers, nuançaient ces propos, néanmoins: rien ne semblait montrer qu'une quelconque passion volcanique ou une violence inouïe dormait en lui, disaient. C'était une personnalité banale, un escroc plutôt médiocre. Le seul point qu'ils soulignaient était son "amour des mots", et sa mythomanie.
Mais ces "spécialistes venus d'ailleurs" n'étaient pas les bienvenus à Clarksburg, état de Virgine-occidentale: une foule déchaîné les menaça un soir dans une rue de la ville et les pressa de "rentrer chez eux".
.

5 commentaires:

  1. Gracias. Che, el grabado va a ir a la pared del Rembrandt? Haceme ese honor!

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme5:05 PM

    Un blog increíble. Lástima que el mundo siga sin las instrucciones para existir... un abrazo a varios euros luz, frank sapo

    RépondreSupprimer
  3. estos aguafuertes son geniales!

    Salú

    RépondreSupprimer
  4. Siguen faltando instrucciones para existir, cierto, frank.
    Sapos no, hay demasiados.

    Gracias dibujador, que contas?

    RépondreSupprimer