vendredi 2 décembre 2016

Sombreur encore et toujours

"Aux yeux de Glenn, Wertheimer était le sombreur parce qu'il sombrait toujours et sans discontinuer", dit Thomas Bernhard dans "Le naufragé". Le sombreur donc, qui s'affaisse puis se redresse un peu, qui gonfle ou se dilue dans le décor, mais ne quitte jamais son poste de sombreur. (Encre de chine sur papier Fabriano).
/// "Para Glenn, Wertheimer era el hundidor porque se hundía siempre y sin parar", dice Thomas Bernhard en "El naúfrago". El hundidor entonces, que se hunde y se recompone luego un poco, que se infla o se diluye en el decorado, pero nunca deja su puesto de hundimiento. (Tinta china sobre papel Fabriano).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire